juin 24, 2024

INTER-UNIVERSITY HIGHER ACADEMIC COUNCIL

INTER-UNIVERSITÉ CONSEIL ACADÉMIQUE SUPÉRIEUR, PARIS

XVI WORLD SCIENTIFIC CONGRESS

XVI CONGRÈS MONDIAL DE LA SCIENCE 

SCIENCE FOR PEACE

Thème : « La science moderne : découvertes et pseudo-découvertes ».

Organisateurs :

Académie internationale des sciences d’Ararat (IASA) – France, Université internationale d’études fondamentales (IUFS), Conseil universitaire supérieur interuniversitaire (IUHAC).

Le XVIe Congrès scientifique mondial sera consacré à l’un des problèmes les plus difficiles du développement de la civilisation moderne – sous le couvert de nouvelles orientations scientifiques, les connaissances pseudo-scientifiques (pseudo-scientifiques, parascientifiques).

Dans l’espace culturel du XXIe siècle, il est devenu urgent de faire la distinction entre la science et la pseudo-science, entre les découvertes authentiques et les pseudo-découvertes. Aux yeux de la société, la science est la force la plus importante qui permet de résoudre diverses tâches sociales. Cependant, la relation entre la société et la science est loin d’être idyllique, et l’existence d’évaluations opposées de la science n’est pas un fait accidentel, mais l’expression de la nature contradictoire de la culture moderne. L’autorité et la complexité de la science, aussi étrange que cela puisse paraître, se sont révélées être un terrain propice à la diffusion de toutes sortes de « théories » pseudo-scientifiques. Parasitant l’autorité de la vraie science, la pseudoscience moderne tente par tous les moyens d’y ressembler.

La science est un domaine d’activité dont l’objectif principal est l’étude et la systématisation des connaissances sur l’homme et le monde. Elle se fonde sur des faits objectifs et sur la méthode scientifique de connaissance. Les découvertes et les expériences scientifiques doivent nécessairement répondre aux critères de vérifiabilité et de répétabilité.

La vérifiabilité signifie que différents observateurs indépendants et bien informés peuvent convenir qu’une représentation particulière est une représentation vraie.

La répétabilité signifie que différents expérimentateurs indépendants peuvent reproduire une expérience particulière et obtenir le même résultat que celui revendiqué par l’auteur de la découverte.

Par opposition à la science, la pseudoscience est une doctrine qui est présentée par ses adeptes comme scientifique mais qui ne l’est pas.

Exemples de fausses découvertes :

La fusion nucléaire Fleischmann-Pons. La fusion nucléaire est une réaction qui se produit naturellement à l’intérieur du Soleil et d’autres étoiles. La raison pour laquelle elle n’est pas possible sur Terre (dans la nature) est précisément la température élevée. Stanley Pons et Martin Fleischmann ont annoncé la réussite d’une réaction de fusion nucléaire à température ambiante. Très vite, d’autres expériences ont été réalisées, réfutant pratiquement toute idée de fusion nucléaire à température ambiante. Leur théorie a donc échoué.
L’éther porteur de lumière. La plupart des gens pensaient qu’il existait un éther porteur de lumière qui permettait à la lumière de passer à travers lui. De nombreux scientifiques ont élaboré diverses équations pour prouver la théorie de l’éther, et certains ont même tenté de trouver des preuves par l’expérimentation. L’un des exemples les plus célèbres de preuve de l’existence de l’éther est le travail d’Albert Michelson et d’Edward Morley. Ils ont travaillé ensemble pour créer un appareil appelé interféromètre. Les scientifiques étaient convaincus que leur création prouverait l’existence de l’éther. Cependant, la théorie et les résultats des expériences étaient complètement faux.

L’univers statique d’Einstein. Après avoir achevé la théorie de la relativité, Einstein s’est efforcé d’appliquer les principes de la gravité à l’univers. Il a dû trouver une constante applicable à un univers fini. Le résultat fut la constante cosmologique. La constante cosmologique était un moyen d’équilibrer l’effet gravitationnel. Cependant, Einstein a rapidement dû abandonner l’idée d’un univers statique et, par conséquent, la constante cosmologique dans les équations du champ.
La théorie de l’origine spontanée de la vie a duré plus de mille ans avant d’être réfutée. La première mention de l’idée de génération spontanée remonte à Aristote et à son affirmation que la vie peut naître de rien tant qu’il y a de la chaleur vitale dans un matériau inanimé.
Thérapie par l’urine. Méthode de traitement pseudo-scientifique, thérapie alternative] impliquant l’utilisation de l’urine comme agent thérapeutique. Il n’existe aucune preuve scientifique des bienfaits de la thérapie par l’urine pour la santé. Dans certains cas, la thérapie par l’urine est dangereuse pour la santé et la vie humaines.
Mesmérisme : Enseignements et méthodes de traitement du médecin et astrologue allemand du Siècle des Lumières, Franz Mesmer. L’auteur les a fondés sur le concept selon lequel l’univers et les organismes sont imprégnés d’un certain fluide, appelé plus tard « magnétisme animal ».

La Commission pour la lutte contre la pseudoscience et la falsification de la recherche scientifique a été créée en 1998. Elle a été créée par Vitaly Ginzburg, physicien théoricien soviétique et russe, docteur en sciences physiques et mathématiques et lauréat du prix Nobel de physique 2003. Actuellement, la Commission se compose d’une soixantaine de scientifiques travaillant à titre bénévole. Son principal domaine d’activité est l’expertise des théories et des développements qui font l’objet d’une demande de financement par le budget de l’État. Le mémorandum de la RAS sur la pseudo-science de l’homéopathie est le deuxième document de cette organisation. Publié en mai 2016, le mémorandum n° 1, qui affirmait le statut pseudo-scientifique des tests commerciaux basés sur les motifs cutanés des doigts de la main (tests dermatoglyphiques), a provoqué une puissante réaction.

Les organisateurs du XVIIe Congrès scientifique mondial vous invitent à discuter de ces sujets intéressants et importants.

Les demandes de participation au congrès peuvent être envoyées à l’adresse suivante :

info@mufo.su, info@iuhac.fr

Vous recevrez ensuite un formulaire d’inscription pour les participants au congrès.

Les sujets des rapports doivent être envoyés à : info@mufo.su , info@iuhac.fr